Formulaire de recherche

L’ouverture de la saison des moules est maintenue malgré la fermeture temporaire de certaines zones de production
Des mesures de prévention efficaces sont prises

25-06-2016

L’ouverture de la saison des moules est maintenue malgré la fermeture temporaire de certaines zones de production

Yerseke, le 25 juin 2016 – L’ouverture de la saison des moules le 29 juin est maintenue, malgré la fermeture temporaire de deux secteurs de crustacés dans l’Escaut oriental par l’autorité alimentaire néerlandaise (NVWA). Par précaution, l’industrie des moules prend elle aussi des mesures supplémentaires afin de garantir la sécurité alimentaire des moules commercialisées.

La raison de la fermeture temporaire est la découverte d’une neurotoxine, la tétrodotoxine (TTX) dans des échantillons provenant de ces secteurs. La NVWA analyse hebdomadairement des échantillons de toutes les zones de production dans le cadre du programme de sécurité alimentaire en vigueur pour les crustacés. Dès que de nouveaux échantillons démontreront que les crustacés des secteurs concernés ne contiennent plus de TTX, la NVWA les rouvrira. Les secteurs en question, l’est et le nord de l’Escaut oriental, ne sont pas de réelles zones de production pour les moules de culture de Zélande. Cependant, dans cette zone, il y a les dénommées parcelles de dégorgement, parfois également appelées les « entrepôts mouillés ». Par précaution, l’industrie des moules prélève des échantillons supplémentaires des moules sur ces parcelles. Ces moules ne sont ensuite commercialisés que si les résultats des analyses l’autorisent.

De la compréhension
La saison des moules débute le mercredi 29 juin. Les mois de juillet et d’août sont toujours très importants pour l’industrie des moules. « Les moules sont énormément consommées en été, surtout sur les terrasses de la côte belge et dans les grandes villes en Belgique. Heureusement, l’approvisionnement ne sera pas menacé. L'industrie prend elle-même des mesures préventives supplémentaires à cet effet et elle comprend la mesure de précaution de la NVWA dans le cadre de la sécurité alimentaire. La sécurité est en effet d’une importance capitale pour notre secteur », explique Wouter van Zandbrink, le président de l’association De Mosselhandel.

Un programme de surveillance
L’industrie des moules bénéficie depuis des années d’un vaste programme de surveillance pour détecter notamment la présence d’algues productrices de toxines. En été, lorsque la température de l’eau augmente, ces algues peuvent se développer dans l’eau. La NVWA prélève hebdomadairement des échantillons d’eau et de moules à des fins d’analyse. Cette année, le programme de surveillance inclut également la tétrodotoxine (TTX). Si des échantillons d’un secteur présentent des concentrations de toxines trop élevées, la NVWA procède à une fermeture préventive de ce secteur de production jusqu’à ce que de nouveaux échantillons démontrent que la situation est à nouveau normale. Ce « système d’alerte précoce et de réaction » (EWRS) permet de garantir la sécurité alimentaire des produits envoyés aux entreprises qui commercialisent les moules, donc au marché.

La tétrodotoxine
La tétrodotoxine (TTX) est une neurotoxine très fréquente dans la nature dans le monde entier. Il s’agit d’un des poisons les plus répandus, fabriqués par les animaux pour se défendre. On le retrouve dans certains poissons (comme le poisson-globe), le grand poulpe à anneaux bleus, dans certains amphibies et reptiles (les crapauds, par exemple). Les crustacés ne produisent pas cette toxine, mais ils l’ingèrent en filtrant l’eau. Grâce au taux de filtration élevé, la toxine peut rapidement disparaître.

Actuellement, l'origine de la TTX dans les eaux néerlandaises n’est pas encore connue, tout comme la manière dont, et la rapidité avec laquelle, le taux de toxines augmente et baisse à nouveau dans les crustacés. Parmi les sources possibles, il y a certaines algues, des bactéries (vibrions) et le némerte. Tant les vibrions que les némertes sont présents dans l’Escaut oriental, les algues étant une source moins probable, selon l’institut d’analyse Imares qui a réalisé des analyses plus tôt cette année à la demande de l’industrie des moules. Les neurotoxines sont des substances qui affectent le fonctionnement du système nerveux.


Other news articles